LA DÉPRESSION EN QUESTIONS

By admin1598 | depression

Oct 07

LA DÉPRESSION EN QUESTIONS

Comment je m’en suis sortie?

Enfant, j’avais l’habitude de m’enfermer seule dans un endroit obscure de la maison familiale lorsque autour de moi y avait trop de cris ou quand j’avais mal. Réflexe commun à tous les enfants, me direz vous. J’ignorais que c’était des signes annonciateurs d’une dépression futur.

Devenue adulte, mère et femme j’ai gardée cette attitude de repli sur moi lorsque les choses allaient mal. Pour oublier mes angoisses, mes peurs , mes échecs.

Je ne savais que garder au fond de moi, dans une chambre secrète de mon cerveau, tous ces actes manqués, ces blessures jamais fermées, ces frustrations, ces rejets.

Me taire, montrer un caractère trempé et inébranlable. J’étais pas seulement forte, j’étais LA PLUS FORTE. Enfin, je le croyais et beaucoup avec moi.

Petit à petit, du jour au lendemain, j’ai commencé à avoir marre de tout ce cinéma, marre de la vie, de tout, de moi.

Je ne savais pas encore que j’étais en train de succomber à mes pensées qui me répétaient inlassablement que j’étais au bout….J’étais épuisée.

Malheureusement, je nourrissais ces pensées et je continuait à broyer du noir, la tristesse qui se propageait dans tout mon corps et m’enlaçait de si près, ne me faisait que plus mal…..

J’étais en pleine  dépression. MAIS JE REFUSAIS DE LE VOIR OU JE NE SAVAIS PAS LA RECONNAÎTRE.

 

QU’EST CE QUE LA DÉPRESSION?

Le dictionnaire me dit que la dépression, c’est un acte de déprimant; l’état d’un être enfoncé. Il le définit comme la tristesse, l’abattement, l’obscurité.

La psychiatrie en parle comme d’une condition de découragement émotionnelle général et de retrait. Une tristesse plus grande et plus profonde que celle justifiée par tout objectif ou raison.

Tout ça pour me dire que j’allais pas bien, que j’étais mal; très mal même.

La dépression n’est pas la tristesse, c’est un mal qui vous ronge sournoisement. Que dis-je? C’est LE MAL.

On ne sait comment la définir, ce qui rend son analyse encore plus complexe. La dépression est une douleur morale de tout le cœur. C’est la folie de l’âme. Elle ne se définit pas , elle sévit.

Ne trouver gout à rien, déprécier sa personne même, souffrir pour peu, pour rien. S’égarer dans ses noires pensées. Pleurer une douleur que l’on ne peut voir, ausculter, guérir.

La dépression, c’est LA FOLIE, la mélancolie, la déception, le malheur, le découragement.

Plus l’on tente de s’en sortir, plus on creuse et on trouve les maux et les mots qui la justifie, qui l’excuse.

Oui, j’ai été dépressive, j’ai perdu la force de me battre, d’ailleurs à quoi cela sert il?  que je me disais. Se battre contre qui? Contre quoi? Pourquoi?

J’avais en moi le gout fade et amère de la déception. La tristesse d’une âme bafouée, flouée, abusée. Que me servait il à espérer.

Je faisais mien ces vers de BAUDELAIRE

«mon cœur lassé de tout et même de l’espérance, n’ira plus de ses vœux importuner le sort.

Prêtez moi  seulement, vallons de mon enfance, un asile d’un jour pour attendre la mort.»

 QUELLES SONT LES CAUSES A L’ORIGINE DE LA DÉPRESSION?

Pourquoi moi? Qu’est ce qui m’arrive? Qu’est ce qui n’a pas marché? POURQUOI…? COMMENT….?

Toutes ces questions qui se bousculaient dans mon cerveau. Je voulais des réponses, je voulais comprendre. D’où me venait cette tristesse qui m’envahissait si facilement? J’avais besoin du secours de la raison. Je me voulais objective: trouver des réponses, LES RÉPONSES m’aiderais certainement à en sortir. J’en avais besoin.

Je me suis mis, alors, à faire la liste des causes qui me semblaient évidentes, rigoureusement objectives.

Allez hop! les études? escamotées. Hou là-là que de regrets! moi si brillante, je les avaient plantées là sur le chemin de l’aventure. Le boulot qui ne donnait plus les résultats attendus et espérés? Le couple? vacillant. Peut être. Les enfants? Ces garnement!! ceux qui ne venaient pas malgré tous mes efforts et invocations, et ceux qui étaient déjà là mais me donnaient du fil à retordre: ça se peu. La famille? Disloquée par des querelles légendaires, les disputes, le divorce des parents: pourquoi pas? Le mari…? ah la raison principale, je bavais de rage rien qu’à le mentionner. Infidèle, narcissique, inamoureux ( est ce que ce mot existe? Souffrez que je l’utilise) oh oh les qualificatifs s’accumulaient dans ma tête et me voilà replongé dans le flot de larmes; et puis zut!

Nous cherchons partout des causes et des raisons pour contenter notre besoin naturel de comprendre, de donner un sens à ce qui nous arrive.

On finit par trouver des causes externes: le travail, les problèmes financiers, la solitude, les autres, la vie et ses aléas. Et même des causes internes: je suis nul, je vaux rien.

Et pourtant, très éloignées de la réalité, ces causes que nous trouvons sont parfois un obstacle à notre processus de guérison.

Eh oui, la dépression est une maladie psychique. Elle se soigne donc et se guérit.

Les causes sont diverses et variées. Elles sont tour à tour et à la fois, biologiques, psychologiques et environnementales.

Des antécédents familiaux, une expérience traumatisante, un environnement social et familiale conflictuel sont les plus gros facteurs à risque.

La dépression est aussi liée au stress. Les scientifiques nous disent que le cortisol responsable de notre niveau de stress est secrété en grande quantité lorsque nous somme surmené ou lorsque l’on a l’impression de perdre pied. Cette modification du cortisol dans le sang entraîne un état de stress qui est facteur de dépression.

Je crois bien que maintenant, j’ai trouvé une explication logique et scientifique à ce que j’ai traversé.

C’était les caprices du cortisol. Ouf, enfin! Je vais le mettre au régime ce cortisol là

There are some problems with the configuration of the opt-in shortcode

QUELLES SONT LES DIFFÉRENTES FORMES DE DÉPRESSION?

La dépression se manifeste sous plusieurs formes. Elle peut être passagère, temporaire même si les occasions de rechute ne manque pas.

Mais parfois elle se prolonge dans la durée, elle refuse de vous lâcher, elle vous maintient la tête sous l’eau…hermétiquement.

Dans ces cas de dépression chroniques, de ces états dépressifs majeurs, on parle alors de dysthymie. C’est la forme la plus radicale. Mais certainement pas celle frugale, brutale et passagère que j’ai traversée et que chacun de nous à un moment donné de la vie, traverse quand rien ne va comme on veux. Quand tout prend l’eau et que les choses vont de travers.

Pour les personnes bipolaires, c’est une forme particulière de dépression qui allie et bascule d’un état dépressif à un état de surexcitation. Là c’est bien plus inquiétant, il faut consulter en urgence!

COMMENT SORTIR DE LA DÉPRESSION? OU MIEUX COMMENT JE M’EN SUIS SORTIE?

Quand on souffre de dépression, on perd confiance en soi et surtout on a plus du tout envie de rien. Et pis, on refuse de reconnaître que l’on est malade.

Mais la dépression est une maladie et il faut se faire soigner. Le processus de la guérison est  différent des maladies courantes mais il est plus que nécessaire d’avoir recours à de l’aide. Il est bon d’enclencher une dynamique positive pour inverser le processus de la maladie.

J’ai donc commencé par exprimer mon malaise. A moi même puis à mes proches. Il est thérapeutique de mettre des mots sur nos maux, c’est un pas difficile mais indispensable vers la guérison.

En parler, à un proche ou un médecin, demander de l’aide peu accélérer la dynamique de reprise de confiance en soi.

Je me suis mise à dresser une liste de tous les événements, signes précurseurs ou circonstances qui déclenchaient cet état de tristesse.

“Et j’ai commencé à être heureuse quand j’ai compris qu’être triste ne me servais à rien”

Il est difficile de s’ouvrir aux autres car on se sens incompris. La dépression est une situation douloureuse quand on la vit. Mais elle est  souvent perturbante et est aussi une source d’anxiété pour notre entourage; il faut donc les impliquer dans notre processus de guérison.

J’ai appris à me remotiver. Je me suis mis à faire une liste de toutes les choses simples de la vie qui lui donne tout son sens et qui devraient me la faire apprécier dans toute sa simplicité. Autour de nous, plus de choses qu’il n’y parait ont de la valeur, de l’importance. Parce que la dépression s’installe dans la pensée, c’est là qu’il faut la combattre. Pour lutter contre les sombres pensées, rien de mieux que des pensées motivantes. Un bon moment, une situation loufoque, un être aimé.

J’ai commencé à m’aimer moi même, pour de vrai. La dépréciation personnelle est avec la démotivation les catalyseurs de la dépression. J’ai donc réappris à m’aimer. Devant mon miroir, j’ai arrêter de voir les rides de la douleur, les traces des larmes. Je me suis mise à apprécier mes cicatrices, mes formes disgracieuses, à apprendre à me sourire.

“J’ai cessé de courir derrière l’amour, j’ai commencé à le créer, pas à l’inventer, mais à le créer, à le construire en moi et autour de moi. DONNER, C’EST RECEVOIR”

Face au rejet, j’ai donné de l’action. Quand les autres s’éloignent ils te donnent le temps de te retrouver mais aussi et surtout de rencontrer de nouveaux autres. Alors j’ai commencé à apprécier le rejet comme une seconde chance, un autre souffle dans mes voiles, un départ vers d’autres moi. Je ne me suis plus jamais sentie seule, je suis entourée de mes bras.

J’ai décidé d’accepter mes échecs, d’affronter la tristesse. La dépression nous éloigne des autres et de nous même, alors allons à la rencontre du monde.

J’ai franchis toutes ces étapes et j’ai finis par sortir de ce brouillard.

Aujourd’hui, je suis libre! JE VIS TOUT SIMPLEMENT.

COMMENT RECONNAÎTRE QUE VOUS ETES DÉPRESSIF?

Les signes avants coureurs de la dépression sont variés:

  • Tension
  • Agitation
  • Irritabilité
  • Impatience
  • Trouble de sommeil
  • Difficulté à se lever le matin
  • Fatigue, surmenage, sentiment de stress
  • Perte d’appétit ou appétit anormale
  • Sensibilité au bruit
  • Pression dans la poitrine
  • Migraine
  • Perte de mémoire
  • Difficulté de concentration
  • Baisse de performance au travail
  • Repli sur soi
  • Dégoût des choses
  • Angoisse
  • Idées noires, pensées morbides
  • Peur de l’avenir
  • Négligence de l’apparence

lorsque plusieurs de ces symptômes deviennent récurrents, commencer par en parler ou allez consulter un thérapeute, un médecin. La dépression, dans son aspect brutal, mène souvent au suicide. Il ne faut pas lui laisser le temps de devenir chronique.

COMMENCE A TE PRENDRE EN MAIN

J’ai su affronter ma tristesse, j’ai vaincu la dépression. Le processus est parfois long et douloureux, mais il est important de faire le chemin de la guérison.

Il ne sert à rien de se laisser aller. La vie est belle, il faut juste la domptée, la conquérir.

Les existentialistes disent que la vie est un exhibitionnisme. Il faut la vivre pleinement; même la certitude la mort donne de la valeur à la vie.

La dépression n’est pas une fatalité, comme toute maladie, elle se soigne.

Changer son regard sur soi et sur le monde, lâcher prise, affronter ses peurs et ses angoisses, parler à ses proches même s’ils sont des éléments déclencheurs de vos crises d’angoisse.

Il ne nous sert à rien d’être triste, il FAUT ETRE HEUREUX. ETRE TOUJOURS HEUREUX. LA VIE NE VAUT RIEN MAIS RIEN NE VAUT LA VIE.

Je vous aime

Prudence DeSeya

si vous avez envie d’une oreille pour vous écouter rejoignez moi via les liens suivants:

PAGE D’ACCUEIL

https://web.facebook.com/groups/devenirentrepreneur

Je démarres bientôt un groupe d’élite pour booster vos projets et vous emmener à découvrir une vie remplie de sens

Un programme très fort et très puissant pour découvrir votre potentiel, booster votre confiance en soi et vous donner les outils pour bâtir une carrière enrichissante: L’ACADÉMIE DE TOUS LES POSSIBLES

Pour vous inscrire sur la liste d’attente, cliquez sur le lien en dessous

 

 

 

 

 

 

 

 

About the Author

>